KnasterKOPF
Deutsche Ausgabe

English Edition

Nederlands



No. 19/2007

No. 18/2005

No. 17/2004

No. 16/2003

No. 15/2002

No. 14/2001

No. 13/2000

No. 12/1999

No. 11/1998

No. 10/1997

No. 9/1997

No. 8/1996

No. 7/1995

No. 6/1992

No. 5/1991

No. 4/1991

No. 3/1990

No. 2/1990

No. 1/1989


Sommaire du no. 7/1995


Table des matières: Emballage de tabac, étiquette de la firme Roi & Co, Paris, 19ème siècle, épuisé Elias Erasmus (Paul Otto/Hans H. Bockwitz): Alte Tabakzeichen. Berlin 1924, tab. 14, no. 1)




Ruud Stam:
Une découverte de pipes en terre du pipier M.P. à Cologne

Rüdiger Articus:
Une ancienne découverte de pipe en terre

Margret Karras:
Les fragments de pipes en terre du Westerwald trouvés sur le site de Ahaus

Hans Gnettner:
La production de pipes en terre à Lesum

Rüdiger Articus:
Une fabrique de pipes en terre jusqu'ici inconnue à Marne, Kreis Dithmarschen,

Olaf Rennebeck:
"..à tel point qu'à travers la fumée du tabac, on ne distinguait rien à trois pas..."

Rüdiger Articus:
"Comment se prémunir contre l'usage imprudent du tabac"

Walter Morgenroth:
Des pipes en terre de Frise orientale pour les fumeurs hanovriens au temps de Biedermeier

Ekkehard Reiff:
Un site archéologique en Oberharz. Un premier aperçu

Rüdiger Articus:
Des pipes en terre dans une épave du début du 17ème siècle

Martin Kügler:
Compte rendu de la 8ème rencontre du 'Cercle de Recherche sur la Pipe en Terre' tenue les 30 avril et 1er mai 1994 à Mannheim


Renseignements

Critiques

Nouvelles publications
 


 

 

Pipe à talon biconique avec la marque de fabrique "MP", de Cologne, vers 1680/90

No. 7/1995, p. 2-20
Ruud Stam: Une découverte de pipes en terre du pipier M.P. à Cologne

Cologne est un des plus anciens sites de production de pipes en terre d'Allemagne, mais ceci n'était jusqu'ici attesté que par des archives. En 1989 le Musée de la Ville de Cologne fit l'acquisition d'une trouvaille d'environ 200 têtes et tuyaux de pipes.
Leur propriétaire déclara qu'il avait tout trouvé dans un petit four. Cette affirmation est soutenue par l'observation que de nombreuses pipes avait été soumises à une température trop élevée et pourraient provenir d'une même cuisson. Les têtes sont biconiques ou en forme d'entonnoir et datent des environ de 1680. En fonction des formes et des décors, on peut les classer en dix groupes. Aucune marque n'apparaît mais les pipes des groupes II, IV et IX portent les initiales 'M.P.' sur la tête. Jusqu'à présent, on ne peut rattacher ces initiales à aucun pipier connu de Cologne. Les pipes n'ont subi après le démoulage qu'une finition très superficielle, quoiqu'elles soutiennent la comparaison avec les modèles internationalement répandus vers 1680. On peut distinguer 24 modèles. Cela correspond à un nombre équivalent de moules et l'on a donc affaire à un très grand atelier de pipier. L'auteur estime que le pipier M.P. devait occuper 14 personnes.


Pipes en terre de la piperie "MP", de Cologne, vers 1680/90


     
No. 7/1995, p. 20 et suivante
Rüdiger Articus: Une ancienne découverte de pipe en terre

Une communication archéologique contemporaine à l'époque de la construction du théâtre de Wismar en 1841 fait mention également de quelques pipes en terre. La description, quoique insuffisante, des pipes portant la marque 'EB' et la comparaison avec des trouvailles analogues faites dans d'autres villes d'Allemagne du Nord permettent de les dater de la fin du 17ème siècle.


 

No. 7/1995, p. 22-28
Magret Karras: Les fragments de pipes en terre du Westerwald trouvés sur le site de Ahaus

La majorité des pipes en terre trouvés au cours des vingt dernières années à Ahaus proviennent des Pays Bas et peu d'entre elles ont été fabriquées dans le Westerwald. Cinq possèdent l'inscription PETER/DORNI' sur le tuyau. Elles datent du dernier tiers du 18ème siècle. Il en est de même d'un autre exemplaire qui porte l'inscription 'JOHANNES/KEISER'. Une autre pipe, probablement de la même époque, possède la marque 'K' et pourrait avoir été fabriquée par les Frères Dorn à Grenzhausen.

Pipe à fond arrondi de Johannes Keiser, Höhr, dernier tiers du 18e siècle

La pipe de la marque ISER', avec une couronne au-dessus du nom et une étoile en dessous, est plus ancienne, à savoir de la première moitié du 18ème. Une pipe de la marque K' avec l'inscription Wappen von Gouda' sur le talon appartient au 19ème. Ces fragments correspondent aux exemplaires que M. Kügler a trouvé sur les sites de production de Höhr et de Grenzhausen et contribuent à confirmer l'expansion des pipes du Westerwald.

 

 

Moule à pipe en argile destiné à une tête de pipe facettée, Lesum, milieu du 18e siècle

No. 7/1995, p. 29 et suivantes
Horst Gnettner: La production de pipes en terre à Lesum

La fabrique de poteries et de faïences de Johann Christoph Vielstich à Lesum près de Brême, dans l'ancienne principauté de Hanovre a fonctionné depuis 1758 jusqu'en 1800. En 1982, à l'occasion de travaux sur le domaine de fabrique de Vielstich, on a trouvé deux moitiés de moules à pipes en argile, mais pas de pipes en terre. Il semble toutefois que l'on n'utilisait pas ces moules pour faire directement des pipes mais plutôt comme modèles pour la fabrication de moules en plâtre, qui eux, servaient à presser des pipes en terre. Une technique semblable était alors courante à l'époque dans les fabriques de porcelaine.

 

 

 

No. 7/1995, p. 31 et suivantes
Rüdiger Articus: Une fabrique de pipes en terre jusqu'ici inconnue à Marne, Kreis Dithmarschen

La fabrique de pipes en terre de Marne n'a fonctionné que pendant peu de temps. Elle avait été créée en 1813 par l'homme d'affaires et marchand d'épices Otto Friedrich Frers, mais déjà reprise par un de ses employés l'été 1814. Cet homme, dont le nom est inconnu, transplanta la production la même année à Itzehoe, de sorte qu'à Marne, on ne produisit des pipes en terre que pendant à peine un an. Depuis lors, on ne connaît pas d'exemple de production locale. Des sources écrites rapportent l'érection d'une fabrique de pipes à Itzehoe en 1814 par Johann Göbel. L'auteur suppose qu'il s'agit de celui qui a fondé la fabrique originaire de Marne.

 

No. 7/1995, p. 33-38
Olaf Rennebeck: ..à tel point qu'à travers la fumée du tabac, on ne distinguait rien à trois pas...'

L'auteur cite une description de la vie paysanne en 1858 dans le Marsch, une région située entre Elbe et Weser. Il était d'usage, là-bas, lors des fêtes familiales, d'offrir aux invités du tabac et des pipes en terre, ainsi que le confirment deux sources des années 1784 et 1810. Ce sont les listes qui détaillent les nombreuses marchandises livrées par des commerçants pour deux noces; ces listes mentionnent de grandes quantités de tabac, et, sur la plus ancienne, de pipes en terre.

Seitenbeginn

 

 

 

No. 7/1995, p. 38-44
Rüdiger Articus: Comment se prémunir contre l'usage imprudent du tabac

Aux 17ème et 18ème siècles, beaucoup de chefs d'administration tentèrent de parer au danger que présentait l'usage inconsidéré des pipes à tabac brûlantes par la menace de sanctions draconiennes allant jusqu'à la peine de mort.

C'est ainsi qu'une loi promulguée en 1719 par le duc de Braunschweig-Lüneburg prescrivit que les pipes soient pourvues d'un couvercle ou d'un treillis métalliques appelés 'capsules'. Ces accessoires et couvercles sont souvent cités et représentés dans les sources d'époque tels que les édits administratifs et la littérature technologique. Les fouilles archéologiques d'Allemagne du Nord en témoignent également.

 

Pipes à talon et à fond arrondi
avec couvercle en fil de cuivre tressé ou en tôle de fer,
provenance allemande certaine, fin du 18e siècle
  

 

 

 

No. 7/1995, p. 44-49
Walter Morgenroth: Des pipes en terre de Frise orientale pour les fumeurs hanovriens au temps de Biedermeier

En 1816, Conrad Bernhard Meyer et le marchand G. Kannegiesser fondèrent une fabrique de pipes en terre à Aurich. Selon la chronique, deux ans après à peine 40 personnes y étaient employées, qui fabriquaient annuellement 12.000 Grosses ( 1.728.000 pièces); en 1824, 75 personnes auraient travaillé dans la fabrique. Les pipes provenant de la fabrique de Meyer qui ont été retrouvées à Aurich ont une forme d'Suf typique pour cette époque. Certaines des marques utilisées sont encore inconnues. Etant donné que la plupart des pipes trouvaient leur débouché dans les Pays Bas, on peut supposer que la plupart du temps des marques de Gouda étaient utilisées. En dépit de mesures de protection étatiques telles que de faibles taxes favorisant les pipes fabriquées à Aurich, la fabrique n'a pu faire face à la concurrence extérieure et a dû cesser ses activités en 1839.

 

No. 7/1995, p. 50-63
Ekkehard Reiff: Un site archéologique en Oberharz. Un premier aperçu

L'auteur décrit un petit échantillon parmi le nombre important de pipes en terre qui ont été trouvées dans sept villes minières de l'Oberharz. Les pipes datent d'une époque allant du dernier tiers du 17ème siècle jusqu'au début du 20ème. Les importations des Pays Bas dominent, parmi lesquelles un exemplaire à l'effigie de Guillaume IV d'Orange, Stadhouder des Pays Bas de 1747 à 1751, et de son épouse. Des pipes en terre portant des inscriptions en l'honneur du Duc de Braunschweig-Lünebourg peuvent avoir été fabriquées dans le Westerwald, à Uslar ou à Holzminden. On peut également attribuer une origine allemande aux pipes ornées d'un motif minier sur la tête ou qui portent soit une inscription soit une marque du fabricant 'KNECHT'. La présence de pipiers portant ce nom est attestée entre autres à Großalmerode de 1729 à 1835.

Pipes à fond arrondi avec sourciers et mineurs au treuil, du pipier Knecht, Großalmerode (?),
seconde moitié du 18e siècle

Pour terminer, l'auteur constate que le recul constant de l'emploi de la pipe en terre au 19ème siècle se vérifie également au nombre décroissant de trouvailles lors des fouilles. A cette époque, on cultivait le tabac à l'Ouest et au Nord-Ouest du Harz, et les habitants des cités minières de l'Oberharz préféraient le fumer dans des pipes en porcelaine, ou sous forme de cigares et de cigarettes.

 

No. 7/1995, p. 63 et suivante
Rüdiger Articus: Des pipes en terre dans une épave du début du 17ème siècle

En 1994, à Deich, à l'ouest de Uelvesbüll, en Frise du Nord, l'épave d'un navire du 17ème siècle a été découverte. Actuellement, cette épave à Husum pour un traitement conservatoire. Parmi les nombreux objets qu'elle contenait, il y avait également quatre pipes en terre. Une des pipes se trouvait dans un étui en bois qui porte les initiales de son propriétaire et l'inscription 'Ao 16'.

 

No. 7/1995, p. 65-69
Martin Kügler: Compte rendu de la 8ème rencontre du 'Cercle de Recherche sur la Pipe en Terre' tenue les 30 avril et 1er mai 1994 à Mannheim

A l'invitation du Musée Reiss de la Ville de Mannheim, Collections Archéologiques, 26 participants se sont rencontrés. I. Jensen, F. Teutsch, L. Huber, H. Maier, H. G. Rein et K. Sarri analysèrent dans leurs exposés les manufactures de pipes en terre dont la présence est attestée depuis 1650 sur le territoire situé aux environs de Mannheim, Heidelberg et Frankenthal. L'exposition mise sur pied par I. Jensen et K.W. Beinhauer, 'Fumer et priser dans le Kurpfalz et ailleurs', montra des produits régionaux variés. D'autres exposés traitèrent du développement des formes des têtes de pipes en terre (W. Morgenroth), de la fabrique de pipes en bois Schum à Bad König (W. Stolle), et de l'organisation des fabricants de pipes en terre dans le Westerwald durant le Troisième Reich (R. Stam). Les excursions eurent pour but le Musée Erkenbert à Frankenthal, le Musée du Tabac à Hockenheim et une plantation de tabac à Mannheim-Seckenheim.

 

 

Indications de prix

Indications de prix


Home
KnasterKOPF
Cercle de Recherche
La table de matières
Search (en anglais)
Contact
Impressum

Letzte Aktualisierung: 06.06.2008