KnasterKOPF
Deutsche Ausgabe

English Edition

Nederlands



No. 19/2007

No. 18/2005

No. 17/2004

No. 16/2003

No. 15/2002

No. 14/2001

No. 13/2000

No. 12/1999

No. 11/1998

No. 10/1997

No. 9/1997

No. 8/1996

No. 7/1995

No. 6/1992

No. 5/1991

No. 4/1991

No. 3/1990

No. 2/1990

No. 1/1989


Sommaire du no. 11/1998

Table des matières: Transport de pipes en terre en barils et en paniers, illustration figurant sur un emballage de pipes en terre de Gouda, datant de 1762, épuisé G.C. Helbers/D.A. Goedewaagen: Goudsche pijpen. (Monographiae Nicotianae, Bd. 4). Gouda 1942, p. 96

 

 

No. 11/1998, p. 1-4
Martin Kügler: Compte rendu de la 11ème rencontre du Cercle de Recherche sur les Pipes en Terre tenue les 3 et 4 mai 1997

L'invitation émanait du Nordhausener Geschichts- und Alterumsverein (Association pour l'étude de l'Histoire et des Antiquités). Trente neuf personnes y ont participé. Au cours de deux exposés, H.-J. Grönke et P. Lauerwald étudièrent l'histoire du tabac à Nordhausen (Knasterkopf No. 11/1998, p. 4-13 et p. 13-24). E. Reiff exposa les derniers résultats des recherches sur les pipes en terre de Ostharz. U. Beck et G. Heinssen-Levens (Knasterkopf No. 11/1998, p. 25-45) traitèrent des pipes en terre découvertes dans l 'Altstadt' de Hambourg portant sur le tuyau l'inscription 'VIVAT&'. Quant à N. Frentrop, il présenta des fragments provenant de Soest. W. Morgenroth donna des éclaircissements sur la condition sociale des pipiers de Ruhla, et M. Kügler s'attaqua à la question de la concurrence entre pipes de différentes matières. L'excursion eut pour destination la fabrique de cigarettes de Nordhausen et la Nordhausener Spezialbrennerei (distillerie).

 

No. 11/1998, p. 4-13
Hans-Jürgen Grönke: Propos sur l'histoire de l'industrie du tabac à mâcher de Nordhausen

Dès 1721, les producteurs de tabac de la Ville Franche de Nordhausen s'adressèrent au Conseil de la Ville pour demander l'autorisation de créer une Corporation. Une liste de bourgeois de Nordhausen de 1724 mentionne deux commerçants en tabac et un fabricant de pipes (en terre?). La manufacture du tabac en ville semble être restée à un faible niveau au 18ème siècle. Dans les années 1820, elle prit pourtant son essor et Nordhausen devint finalement le plus important centre de production de tabac à mâcher d'Allemagne. Comme cette fabrication n'exigeait pas de grands investissements de capitaux, de nombreux producteurs et travailleurs fondèrent leur propre entreprise qui, grâce à une forte demande, s'étendirent rapidement jusqu'à devenir de grandes fabriques.
Ce développement fit qu'en 1880, Nordhausen possédait 13 fabriques de tabac, parmi lesquelles beaucoup fabriquaient du tabac à mâcher, qui occupaient au total un millier d'ouvriers ; en 1925, 25 fabriques employaient 2000 personnes, qui produisaient 59% du tabac à mâcher allemand. Pendant la seconde guerre mondiale, Nordhausen perdit, dans la production de tabac allemande, sa position dominante que seuls quelques anciens bâtiments rappellent.

Enseigne de la fabrique de tabac à mâcher Grimm & Triepel, aux environs de. 1900/10

 

 

No. 11/1998, p. 13-24
Paul Lauerwald: La culture du tabac dans l' Eichsfeld

A cause des conditions climatiques, en Thuringe, le tabac ne pousse que dans l'Untereichsfeld, que l'on appelle aussi le 'Goldene Mark'. La manufacture du tabac et la fabrication de cigares, cigarettes et tabac à mâcher était implantés dans l'Obereichsfeld.
La culture du tabac est signalée pour la première fois à Duderstadt en 1660, et c'est en 1673 que le Stadrat (conseil municipal) promulga une première ordonnance concernant le commerce du tabac et nomma un Inspecteur du Tabac. La peste de 1682 signifia un sévère recul de la culture et du commerce du tabac, dont la reprise n'eut lieu que lentement, pour ne reprendre le niveau d'antan qu'un siècle plus tard seulement. Au 19ème siècle, des petits fermiers plantèrent du tabac et se groupèrent en associations dans le but de s'assurer un revenu minimum malgré l'augmentation de la production. Le commerce décrût dans les années 1920, et en 1960, un virus mit brusquement un terme à la culture du tabac dans l'Eichsfeld.

     

La récolte du tabac dans le Eichsfeld
inférieur vers 1930

 

 

No. 11/1998, p. 24-45
Ursel Beck/Gudrun Heinssen-Levens: VIVAT HAMBURG - site archéologique de la 'Neustadt' de Hambourg

A ce jour, 1050 têtes de pipes et environ 3000 fragments de tuyaux ont été trouvés dans une décharge où avaient été déversés les débris provenant de travaux effectués dans l' 'Altstadt'. Ces éléments datent du 17ème siècle et du début du 18ème. On y trouve des pipes sur les tuyaux desquelles se lit VIVAT'. Cette exclamation est généralement suivie du nom d'une seigneurerie, d'une ville ou d'une personne. Les têtes correspondantes portent d'habitude un portrait ou les armes du territoire nommé sur le tuyau. Un certain nombre de pipes portent l'inscription VIVAT BRAUNSCHWEIG ET LUNEBURG' et leur tête s'orne d'un cheval cabré, le motif principal des Armes du Duc de Braunschweig-Lüneburg, ainsi que du millésime 1703. D'autres exemplaires datent également des environs de 1700. On n'a pas encore trouvé la preuve de l'existence de pipiers à Hambourg, et l'on peut supposer qu'il s'agit d'importations de provenance encore inconnue.

Pipe Vivat avec inscription sur le tuyau et cheval sauteur sur la tête, provenance indéterminée, 1703


     

 

 

No. 11/1998, p. 46-49
Rüdiger Articus: Les pipes de Zapfenberg

On avait très souvent trouvé des pipes en terre portant sur le tuyau l'inscription 'Zapfenberg' mais on ignorait s'il s'agissait du nom du pipier ou de celui d'une ville. Des informations provenant d'une littérature jusque là inexploitée remontant à 1712 démontrent que Zapfenberg est le nom d'un marchand de tabac. "Zapfenberg Tabak" était au 18ème siècle une marque très répandue. On ignore toutefois où vivait Zapfenberg. Les pipes en terre portant son nom furent vraisemblablement fabriquées sur sa commande, mais le site de production est encore inconnu.

Pipe à fond arrondi avec marque de talon "6"
et inscription "SAPFEN / BERGK"sur le tuyau,
de provenance allemande certaine, 18e siècle

 

 

 

No. 11/1998, p. 49-55
Ralf Kluttig-Altmann: Site archéologique à l'intérieur de Leipzig

En 1966, lors des fouilles exécutées dans le fossé comblé de la ville, à hauteur du complexe situé au 12 de la Hainstraße, on découvrit également de nombreux fragments de pipes en terre. Parmi ces trouvailles se trouvaient huit fragments de tuyaux décorés et six têtes de pipe marquées. Les dates vont de la fin du 17ème siècle jusqu'au 20ème siècle, avec une prédominance pour le 18ème siècle. Il s'agit de pipes produites par la famille Verzijl et de pipes façon Gouda qui ont vraisemblablement été fabriquées en Saxe. Ces dernières ont pu être identifiées grâce aux Armes de Gouda figurant sur le côté du talon et au nom du pipier Laspe sur le fourneau.

 

Pipe à talon avec la marque de talon "Löwe im holländischen Garten"
(lion dans une jardin hollandais), avec marque latérale de talon et
marque de moule, de provenance saxonne certaine, postérieure à 1800
  


 

 

No. 11/1998, p. 56-74
Christiane Witte: Site archéologique de Tönning

Les représentations du port de Tönning prouvent que le tabac était déjà importé en 1627. L'ampleur de l'importation de pipes en terre néerlandaises commercialisées vers l'intérieur au départ de Tönning est signalée pour la première fois dans les années 1680; le phénomène se poursuivit au 18ème siècle.
Les pipes en terre trouvées à Tönning consistent par conséquent pour une grande part en produits de Gouda. Certains fragments portent des marques connues comme 'l'agneau sous un arbre', 'le Roi David en épée et casque' et le 'Serpent'. Les textes figurant sur certains autres fragments prouvent qu'on utilisait à Tönning , fin du 18ème siècle et au cours du 19ème siècle, des pipes en terre de centres allemands de production comme Itzehoe, Uslar et Wahmbeck.

Fragment de tuyau de pipe provenant d'Uslar, vers 1800

 

 

 



No. 11/1998, p. 74 et suivantes
Rüdiger Articus: Une visite à Gouda il y a 288 ans

Au cours de son voyage à travers l'Allemagne et les pays voisins, le patricien francfortois Conrad von Uffenbach vint aussi à Gouda en 1710 et visita une atelier de pipier. Dans sa relation de voyage, qui n'a été publiée qu'après sa mort, il décrit un procédé de fabrication d'une façon correcte, ce qui ne fut pas le cas de bien des descriptions ultérieures.

 

 

No. 11/1998, p. 76-79
Martin Kügler: Compte rendu du premier colloque suisse sur les pipes en terre tenu à Liestal le 26 mars 1998

La réunion se déroula au Musée du Canton de Bâle sur l'initiative de Michael Schmaedecke, qui traita, dans son exposé, de l'usage de la pipe en terre sur le territoire de la Suisse actuelle. R. Röber fit une comparaison entre les pipes découvertes à Constance et celles de Freiburg. I. Jensen exposa des exemples choisis de la production de pipes en terre dans le Kurpfalz au 17ème siècle. M. Kügler décrivit en détail, sur base de sources écrites, les importations de pipes en terre du Westerwald en Suisse en fin du 18ème siècle et au cours du 19ème. La séance s'acheva par une exposition de pipes en terre trouvées à Constance, Fribourg, Brissac, Winterthur, au château de Rötteln près de Lörrach, dans les cantons de Zug et du pays de Bâle, ainsi que dans le Westerwald.

 

Home
KnasterKOPF
Cercle de Recherche
La table de matières
Search (en anglais)
Contact
Impressum

Letzte Aktualisierung: 06.06.2008