KnasterKOPF
Deutsche Ausgabe

English Edition

Nederlands



No. 19/2007

No. 18/2005

No. 17/2004

No. 16/2003

No. 15/2002

No. 14/2001

No. 13/2000

No. 12/1999

No. 11/1998

No. 10/1997

No. 9/1997

No. 8/1996

No. 7/1995

No. 6/1992

No. 5/1991

No. 4/1991

No. 3/1990

No. 2/1990

No. 1/1989


Sommaire du no. 12/1999

Table des matières: Impression figurant sur une boîte à tabac en fer blanc de la firme A.H. Thorbecke de Mannheim, 19ème siècle, propriété privée: photo Reiss Museum Mannheim.

 

 

No. 12/1999, p. 1-4
Martin Kügler: Compte-rendu de la 12ème rencontre du Cercle de Recherche sur les Pipes en Terre tenue du 22 au 24 mai 1998

Trente-trois participants avaient répondu à l'invitation de l'Oberhausmuseum de Passau. M. Kügler présenta les résultats, datant principalement du 17ème siècle, des fouilles exécutées sur les fortifications d'Oberhaus à l'occasion de l'exposition ' Forteresses de Chevaliers et Châteaux princiers'. R. Kluttig-Altmann fit un exposé sur les pipes en terre de Leipzig et sur les premiers résultats d'un inventaire des découvertes récentes de 1990-1997 (Knasterkopf No. 11/1998, p. 49-55 et No. 12/1999, p. 74-82). M.Weidner présenta les fouilles du Rendsburger Neuwerk (Knasterkopf No. 12/1999, p. 4-13), et W. Morgenroth se consacra au développement du tuyau de pipe amovible. Le pipes de l'Adriatique furent le thème de l'exposé de R. Articus (Knasterkopf No. 12/1999, p. 60-73). Lutz Libert présenta le film documentaire réalisé en 1997 sur 'La culture du tabac dans le Uckermark'. L'excursion conduisit à l'exploitation de graphite Kropfmühl, au Musée de la Céramique d'Obernzell, à la fabrique de cigares Wolf et Ruhland à Perlesreuth et au Musée du Tabac à Priser de Grafenau.

 

 

 

 

 

 

No. 12/1999, p. 4-13
Maren Weidner: Fouilles archéologiques du Rendsburger Neuwerk

A Rendburger Neustadt, Schleswig-Holstein, de nombreux squelettes furent trouvés lors d'excavations. Les morts ont viusiblement été enterrés en grande hâte et sans cercueil. Parmi les ossements se trouvaient de nombreux fragments de pipes en terre qui furent étudiés non seulement pour dater l'ensevelissement mais encore pour en éclaircir les circonstances. La première présomption, selon laquelle il s'agirait de victimes de la peste, ne peut être fondée avec certitude, car les dernières épidémies de peste à Rendsburg datent de 1705 et 1711, et que les pipes sont plus récentes.
Les pipes en terre n'ont vraisemblablement aucun rapport direct avec les squelettes exhumés. Mais elles donnent toutefois une indication importante pour la datation des squelettes, qui, jusqu'ici, n'ont pas encore pu faire l'objet d'un examen anthropologique, car on relève sur de nombreux crânes des abrasions évidentes des dents: dans chaque cas, quatre dents, les prémolaires et la première molaire inférieure et supérieure, sont fortement usées, de telle sorte qu'un trou rond apparaît, qui ne peut qu'être le résultat d'un usage intensif pendant de longues années de la pipe.


Crâne humain présentant une abrasion des dents,
provenant du Pauli-Friedhof dans la Brandenburger Neustadt

 

 

 

No. 12/1999, p. 14
Rüdiger Articus: Une pipe en terre du Westerwald en Schleswig-Holstein

On n'a pas souvent trouvé de produits du Westerwald en Schleswig-Holstein. Une pipe a pu être identifiée, grâce à une inscription sur le tuyau, comme provenant d'un pipier d'Hilgert/Westerwald, Johannes Radermacher (né en 1745, mort en 1802).

Fragment de tuyau portant l'inscription "IOH / ANN // ES:R / ADE // RMA / CHE",
trouvé à Hilgert/Westerwald, de la fin du 18e siècle
   

 

 

 

 

No. 12/1999, p. 15-25
Richard Riemann: Site archéologique de Peterhagen-Windheim

Sur les champs entourant Peterhagen-Windheim, plus de 1100 fragments de pipes ont pu être recueillis. Il datent généralement du 18ème siècle et proviennent de pipiers allemands comme Johann Frierich Iser d'Hildesheim, Johann Thomas Erdmann d'Holzminden et Elias Noll de Wahmbeck, ainsi que de producteurs inconnus d'Hameln, Münden, Uslar et Großalmerode. D'autres fragments proviennent de pipes importées de Gouda et d'Amsterdam.



Fragment de tuyau d'une pipe de (Gerhard Johann ?) Friedrich Göbel,
provenant de Großalmerode, début du 19e siècle

 

 

 

No. 12/1999, p. 25-29
Klaus-Peter Schweickert: Site archéologique de l'Aller à Walbeck (Ohrekreis)

Certaines des pipes en terre trouvées à Walbeck sont d'origine néerlandaise. Beaucoup de fragments portent sur le tuyau l'inscription 'C.H.BOSSE/IN WALBECK'. Il s'agit manifestement de déchets provenant de ce pipier. Les pipes en terre qui, de part et d'autre du tuyau, portent l'inscription'VIVAT LU(NEBURG)/(BR)AUNSCH(WEIG)' peuvent également avoir été fabriquées à Walbeck, mais ceci n'est pas encore confirmé.

Pipe à talon dont la tête est enserrée dans des feuilles stylisées,
un déchet de cuisson provenant d'une piperie de Walbeck, fin du 18e siècle

 

 

 

Tête de pipe en écume dite
à col de cygne,provenant
de Lemgo(?), vers 1820

 

Heft 12/1999, S. 30-59
Walter Morgenroth: La pipe en écume de mer... La fin d'une légende. La fabrication des pipes en écume aux 17 et 18èmes siècles

Depuis la première moitié du 17ème siècle, les pipes en écume appartiennent à la culture turque, et firent leur apparition chez les fumeurs chrétiens des territoires de langue allemande sous forme de butin de guerre. La légende du cordonnier de Budapest dont on raconte que dès 1723 il aurait été le premier sculpteur de pipes en écume de mer peut être définitivement oubliée. Bien avant cette époque, des pipes en écume provenant de Turquie étaient livrées dans les Balcans et commercialisées à partir de là. Vers 1750, le travail de l'écume de mer dénuta à Ruhla (Thuringe) et Lemgo (Westphalie); à l'origine, on amenait de Turquie des blocs d'écume de mer grossièrement découpés qui étaient ensuite travaillés en Allemagne.
Dans la première moitié du 18ème siècle, de petites quantités seulement de blocs d'écume de mer furent importées de Turquie. Une extension sensible de la production amena l'invention de l''écume artificielle'. Il était désormais possible de comprimer les déchets pour pouvoir les tailler comme de la vraie écume de mer.

 

 

 

 

No. 12/1999, p. 60-73
Rüdiger Articus: Pipes en terre d'Italie

La découverte de quatre pipes en terre dans le Nord de l'Adriatique procurent l'occasion de donner un aperçu de la fabrication des pipes en terre en Italie. En un court résumé, il est montré en quoi les pipes italiennes se distinguent de celles d'autres régions. Une attention particulière est accordée au centre de production le plus important, Chiogga, chef-lieu de district de la Province de Venise. La fabrication de pipes en terre y débuta déjà au milieu du 17ème siècle, sans doute sous l'influence de l'exemple turc.

Une des caractéristiques des têtes de pipes de Chiogga réside dans les trois trous qu'elles présentent entre le col de la pipe et l'intérieur du fourneau. Sur base de la forme de tête, on peut distinguer trois périodes: avant 1750, de 1750 à 1850 et de 1850 à 1945. Au milieu du 19ème siècle, la production annuelle s'élevait encore à 4 millions de pièces. Les tentatives pour maintenir l'intérêt économique d'une production souvent secondaire échouèrent et ne purent freiner son déclin au 20ème siècle.

   

Tête de pipe en terre de Chiogga, 18e et 19e siècle

Tête de pipe en terre de Chiogga

 

 

No. 12/1999, p. 74-82
Ralf Kluttig-Altmann: Les pipes en terre à Leipzig - Premier compte-rendu provisoire des découvertes faites depuis 1990

Les nombreuses excavations créées à Leipzig depuis 1990 ont entre autres mius à jour un grand nombre de pipes en terre. A ce jour, un tiers environ des découvertes a été examiné: pour le 18ème siècle, une nette prédominance existe pour les produits de Gouda. Les inscriptions sur les tuyaux et les marques prouvent les provenances suivantes: Jan van der Dus, Jan Danens, la famille Jong, Hendrik Mandshofd, J. de Vos, Arij van der List et Peter Versluijs ; la majorité des pipes ont été fabriquées par la 'Verzijl-Familie'. Par contre, seulement quelques produits néerlandais trouvés datent du 17ème siècle, et quelques pièces seulement peuvent être attribués à d'autres centres de production comme Grimma en Saxe.
Cette conclusion momentanée, qui est inhabituelle au regard de la distribution générale des pipes en terre en Allemagne, devra faire l'objet d'un examen critique au cours des travaux ultérieurs sur les découvertes de Leipzig. Une des pièces n'a jusqu'ici pu être classée: une tête d'une taille inhabituellement grande portant sur le talon une marque de dimension correspondante.

 

 

Pipe à talon à tête sur dimensionnée portant
la marque de talon "gekröntes Kleeblatt"(feuille de trèfle couronnée),
flanquée de "R" und "B", provenance et datation indéterminées

 

 

No. 12/1999, p. 83-88
Günter Unteidig: Un four de pipier à Grimma en Saxe

La production de pipes en terre à Grimma, Saxe du Nord-Ouest, est analysée et présentée sur base de recherches d'archives ainsi que de quelques découvertes archéologiques de Bernd Standke dans le No. 10/1997 du Knasterkopf. Mais c'est la première fois qu'il est possible d'écrire un article sur un four de pipier. La famille Kramer a fabriqué des pipes en terre, au n°7 de la Mühlenstraße, à Grimma, de 1792 jusqu'au milieu du 19ème siècle. Le four avait été repris à un potier, professionnellement actif jusque là. Il se trouvait sur le mur de la ville on l'a transformé pour la cuisson des pipes en terre. L'alandier se trouvait devant le four et la chaleur, les flammes et la fumée étaient amenés par le tirage à travers la chambre de cuisson. Sur la grille constituée de plaques en terre à pipe, on empilait les 'cassettes' que les flammes léchaient pendant la cuisson.

Pfeifenofen, Abb. 92, S. 309

Four à pipe de E. Günther lors du passage du chauffage à briquettes au chauffage au bois, à Hilgert, en 1990
 

Home
KnasterKOPF
Cercle de Recherche
La table de matières
Search (en anglais)
Contact
Impressum

Letzte Aktualisierung: 06.06.2008